La chronique de Gitan #5

/, Les chroniques de Gitan/La chronique de Gitan #5

Moustachues, Moustachus,

Trente Avril Deux-mille Dix-sept. C’est le jour J. Je suis fin prêt sur la ligne de départ de la 4ème Vieille Boucle Lustinoise, ma 3ème participation personnelle. 121 autres coureurs à mes côtés, le visage radieux. Il faut dire qu’un magnifique soleil est de nouveau au rendez-vous de la Vielle Boucle, comme chaque année d’ailleurs. Un dénominateur commun nous anime: parcourir 6 tours de circuit sur des bicyclettes vintage, la moustache au vent, pour une cause caritative.

Je scrute les concurrents autour de moi, mon esprit de coureur compétiteur refait surface, comme si enfiler ce bon vieux casque à boudins, vestige de mes 15 ans, me faisait remonter le temps. Je retrouve Serge Blanchy, un ancien de ma génération ayant couru pour la Roue Cherattoise. Je reconnais deux sérieux candidats, les frères Alexandre de Lustin, les muscles galbés, la soquette légère. C’est certain, ces deux-là sont au taquet !

122 coureurs au départ de la Vieille Boucle Lustinoise 2017 : record battu !

Gitan

Les Splendor-Deluxe de la rue des Fonds

Gitan

Nos amis du Grand-Duché sont là aussi, arborant fièrement la tunique des Vintage Boys. Les copains de la rue des Fonds portent leur maillot Splendor-Deluxe flambant neuf. Monsieur Mottin – 77 ans s’il-vous-plait ! – a enfourché sa Nordique de 1937, suscitant la curiosité des spectateurs. Le réalisateur Benoît Mariage a ressorti son maillot Molteni. La redoutable Florence Collin, vainqueur du classement féminin lors des 3 dernières éditions, est revenue spécialement de France pour l’occasion. Mon ami Damien, à qui j’ai promis de mettre au moins trois minutes dans la vue – l’an dernier, l’insolent jeune homme de 29 ans s’était, en effet, permis de narguer le quadragénaire que je suis – est là aussi.

Et puis, il y a tous ces autres moustachues et moustachus, maillot rétro et bicyclette d’un autre temps, nourrissant des ambitions diverses et attendant le coup de pistolet pour s’envoler à la conquête des cimes lustinoises.
Henri Mottin et sa Nordique de 1937
Le réalisateur Benoît Mariage
Les Vintage Boys luxembourgeois
Lunettes vintage et casque en cuir pour Daniel
Même les demoiselles portent la moustache

Car c’est bien là que se situent le charme et la beauté de la Vieille Boucle : que l’on y participe en compétiteur ou pour le folklore, nous y prenons toutes et tous du plaisir, en parfait respect les uns pour les autres. Certains pédalent avec les oreilles dès que la pente s’élève, d’autres plus affutés, ont la giclette dans les coups de cul. Il y a ceux, aussi, qui astiquent les rivets de la selle et d’autres encore qui … préfèrent les ravitos apéro à chaque passage au café de la montagne. C’est l’esprit Vieille Boucle !

Tandis que Radio Chevauchoir diffuse en direct sur les ondes, le public chauffé à blanc par le brillant Nicolas-Xavier Ladouce entame le compte à rebours. Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, pan ! Nous voilà partis pour une sacrée partie de manivelles. Je fais la descente des Monty en tête, juste derrière la moto de mon ami Demoul’. Voilà déjà le bout de la rue Goffioul qui approche, surtout bien rester au chaud dans les 10ères positions afin d’entamer la descente des Fonds bien placé. Virage en épingle au bas des Fonds, comme un patapon, je loupe ma trajectoire. Je perds facilement 25 places. Mes espoirs de prendre le bon wagon sont anéantis. Je me mets dans le rouge dans la montée des Fonds pour revenir sur la tête de la course. En vain ! Premier passage de la ligne, en chasse patates, aux alentours de la 25ème place, en compagnie des lustinois Florence et de Christophe. Le public massé sur le circuit nous encourage à tout-va. Un sentiment de bonheur m’envahit. Je l’aime, cette Vieille Boucle.

Pendant ce temps, les cadors en décousent à l’avant de la course. Victor Alexandre, déjà second en 2014, écrase la course de sa suprématie. C’est certain, au cours des dernières semaines, Victor a fait le métier.

Les lustinois Victor Alexandre et Florence Collin foncent vers la victoire…

Seuls son camarade d’entraînement, Diego Cadelli, et son frère cadet, Antoine, souffrent la concurrence et s’emparent des premiers accessits. Le podium de la 4ème Vieille Boucle est 100% lustinois ! Une première dans la jeune histoire de la course.

Florence Collin, en remportant sa 4ème victoire d’affilée dans la course dédiée aux moustachues, Antoine Chassigneux, lauréat – avec le casque du Gitan J – en catégorie U12, et Gauvain Deridder, vainqueur en U14, parachèvent l’œuvre de ce vaillant petit village, où, décidément, on a en a sous la moustache !

Comme à la douce et belle époque où des kermesses cyclistes fleurissaient dans tous les patelins du pays, les coureurs locaux, encouragés par tout un village, ont triomphé. Quant aux Vintage Boys luxembourgeois, ils complètent le podium en remportant le classement inter-équipes.

Les lauréats 2017 de la Vieille Boucle Lustinoise

Dans la foulée de la course en circuits, onze vaillants moustachus s’attaquent encore à l’escalade chronométrée du Triple Mur des Monty. Le défi est de taille : battre le record de Tim Wellens. Hasard ou destin, quelques minutes avant le départ du premier coureur, un prêtre entame la montée à pieds, égrenant son chapelet. Le calvaire nous attendrait-il vraiment ? Mais là encore, Lustin se met à l’honneur. Le local Diego Cadelli, déjà second de la course, s’impose en costaud, battant de 3 secondes, dans une ambiance indescriptible, le record du coureur Lotto parrain de la Vieille Boucle !

Les splendides Old Timers rassemblés par Mich’

Gitan

Si vous en doutiez encore, le Triple Mur des Monty, c’est véritablement l’Alpe d’Huez de Lustin ! Déboucher dans le dernier virage, au moment où une pente de 22% se dresse devant vous, et découvrir cette foule massée dans les talus, occupée à vous encourager à tue-tête, est une expérience magique. Malgré les grosses cuisses au bord de l’explosion, malgré cette impression bien réelle d’être scotché au bitume, la foule vous porte littéralement jusqu’à la ligne d’arrivée.

La journée du vélo s’y termine en apothéose et … la Chimay peut alors couler à flots dans le village de la Vieille Boucle établi sur l’esplanade, à l’ombre d’une centaine de splendides Old Timers rassemblés par Mich’. Qu’on est bien à Lustin, nom d’un chien !

Cette année encore, sous la houlette de Jean, Lio et Nico, le comité de la Vieille Boucle Lustinoise est allé au bout de ses rêves, au bout de vos rêves pour servir une noble cause. 2017 fut exceptionnel !

L’aventure se termine à peine que déjà fusent des idées pour faire de la 5ème édition, en 2018, un plus grand millésime encore. Vivement l’an prochain ! J’y serai ! Et vous ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrShare on RedditEmail this to someone
Partagez!
2017-05-19T16:15:45+00:00